Après les salaires et le temps de travail, l’impôt des sociétés…

Après les salaires et le temps de travail, l’impôt des sociétés…

Dans Le Soir du lundi 15 mai 2017, Pieter Timmermans y allait d’une petite leçon d’économie  : «  le Tax shift, c’était pour réduire le coût du travail et augmenter le pouvoir d’achat des plus pauvres. Avec l’impôt des sociétés, c’est un autre canal : cela attire les investisseurs, cela invite les employeurs à investir, et ces investissements créent de l’emploi  ». Pour le patron des patrons, le gouvernement ne doit dès lors plus tergiverser et «  aller vers 24 % et si possible, plus bas

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct