Un répit éphémère pour Donald Trump

« Aucun procureur spécial n’a jamais été nommé en regard des actions illégales de la campagne Clinton et de l’Administration Obama », a tonné Donald Trump. © Reuters
« Aucun procureur spécial n’a jamais été nommé en regard des actions illégales de la campagne Clinton et de l’Administration Obama », a tonné Donald Trump. © Reuters - Reuters.

Il fallait agir, vite. Enrayer la course folle de la rumeur et apaiser une scène politique en ébullition. Mercredi, le numéro deux de la Justice Rod Rosenstein s’est donc résolu à désigner un procureur spécial sur les interférences russes durant l’élection présidentielle de 2016 et les liens de l’équipe de campagne de Donald Trump avec le Kremlin. Robert Mueller, ancien directeur du FBI de 2001 à 2013, hérite de cette tâche délicate, qui pourrait sonner le glas de l’Administration Trump. Ou la remettre sur les rails. À 72 ans, ce vétéran du Vietnam jouit d’une réputation enviable, républicains et démocrates accueillant favorablement sa nomination.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct