Le NE explétif: d’autant plus beau qu’il est inutile?

© AFP
© AFP

L’exposé, passionnant, avait suscité d’abondantes réactions dans le public. Après s’être prêtée de bonne grâce au débat, l’intervenante du jour tente d’y mettre fin par la formule classique : « Nous allons en rester là, à moins que vous n’ayez encore des questions… »

Cette phrase comporte un ne appelé « explétif » pour le distinguer du ne de la négation. En effet, il ne nie aucun élément de l’énoncé, comme le suggère l’adverbe encore. Sa suppression n’entraînerait ni erreur grammaticale ni modification sémantique majeure.

Certains estimeront pourtant que ce ne apporte un supplément de sens. Il trahirait un non-dit de l’oratrice : « Pourvu qu’il n’y ait pas d’autres questions ! » Les mots nous dévoilent, même dans nos plus intimes ressentis…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct