Statut des victimes: les associations à nouveau consultées

Les associations V-Europe et Life4Brussels sont venues exposer devant la commission les motifs de leur mécontentement en présence de Paul Martens, président émérite de la Cour constitutionnelle et expert de la commission d’enquête parlementaire.
Les associations V-Europe et Life4Brussels sont venues exposer devant la commission les motifs de leur mécontentement en présence de Paul Martens, président émérite de la Cour constitutionnelle et expert de la commission d’enquête parlementaire.

Les deux associations de victimes formées au lendemain des attentats du 22 mars ont été entendues ce mardi matin en commission « Santé publique et Justice » où est actuellement discuté le futur statut de solidarité nationale pour les victimes d’actes de terrorisme. Le projet de loi, qui s’inspire du modèle des victimes de guerre civile, ouvre la voie à une pension de dédommagement pour les proches, un remboursement des frais médicaux et au remboursement de frais psychologiques.

Approuvé fin février par le conseil des ministres et porté par Maggie De Block (Open-VLD) et Steven Vandeput (N-VA), le texte avait été soumis en mars dernier à l’avis des associations des victimes qui l’avaient jugé « insuffisant » et « compliqué ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct