Doit-on laisser au ministre le choix de rembourser un médicament innovant?

© Le Soir
© Le Soir

Existants depuis 2010, ces accords passés entre une firme pharmaceutique et les autorités d’un pays permettent d’ouvrir un remboursement temporaire pour un nouveau médicament innovant (souvent très coûteux), malgré certaines incertitudes non encore résolues, par exemple concernant son efficacité clinique ou son rapport coût-efficacité. Ils devaient faire pièce au délai souvent excessif entre l’agréation d’un médicament au niveau européen et sa mise à disposition des patients, qui se compte parfois en années alors que des patients dépérissent.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct