Comment Nacer Chadli s’est rendu incontournable

Nacer Chadli, en action lors de l’amical en Russie.
Nacer Chadli, en action lors de l’amical en Russie. - Begla

Depuis qu’il a enfilé pour la première fois la vareuse des Diables rouges, le 9 février 2011, jamais Nacer Chadli n’est apparu incontournable chez les Diables. Sur ces six années diaboliques, le Liégeois a été sélectionné à 46 reprises, a disputé 35 (bouts de) matchs pour seulement 20 titularisations et 3 buts inscrits. Ayant souvent dû se contenter de jouer les dépanneurs de luxe, le Liégeois n’a jamais fait de vagues non plus quand il a été oublié ou cantonné sur le banc, déjà tout heureux, sans doute, de faire partie de cette fameuse « génération dorée » des Diables. Avec eux, il a vécu le Mondial 2014 de l’intérieur mais pas l’Euro 2016, pour lequel il avait été écarté in extremis.

Aujourd’hui, alors que Meunier manquera les deux derniers matchs de la saison, Nacer Chadli sait qu’il jouera une partie de son crédit et sans doute sa place pour la Coupe du Monde en Russie. S’il n’est pas encore incontournable pour le onze de base, il l’est déjà au sein du groupe. Et ce, pour plusieurs raisons.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct