Demandes d’asile: Bruges inquiète face aux futures arrivées, Ostende se dit prête

Les autorités brugeoises se disent inquiètes, dimanche, après l’annonce du choix du conseil des ministres quant aux huit communes qui devront accueillir des demandeurs d’asile supplémentaires dans un avenir proche. Zeebrugge en fait partie, qui devra ainsi héberger 300 personnes. Le bourgmestre de Bruges Renaat Landuyt (sp.a) et le président du CPAS Dirk De fauw ont réagi dimanche en affirmant «vouloir prendre leurs responsabilités» dans la problématique de l’accueil, mais ont regretté que les autorités fédérales ne les aient pas impliqués dans la recherche concrète des possibilités d’accueil. Ceux-ci se disent également préoccupés par l’arrivée éventuelle de trafiquants d’êtres humains. «Héberger les demandeurs d’asile dans les environs immédiats des terminaux du port de Bruges est dangereux. Ils peuvent y tomber entre les mains de trafiquants mal intentionnés, qui leur garantiraient à prix d’or une traversée vers la Grande-Bretagne».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct