Le monde face à un terrorisme de plus en plus mobile et opportuniste

Après l’attentat de Londres, de nombreuses personnes sont venues déposer des fleurs près des lieux de l’attaque. ©EPA
Après l’attentat de Londres, de nombreuses personnes sont venues déposer des fleurs près des lieux de l’attaque. ©EPA

On ignore encore beaucoup du parcours des terroristes qui ont ensanglanté Londres samedi soir. Mais les questions qui se sont posées lors des derniers attentats sont une nouvelle fois posées.

A-t-on pris la mesure de la radicalisation des assassins ? Aurait-on pu repérer le moment où ils ont décidé de passer à l’acte ? Quelle influence exerce un attentat sur les personnes qui sont sur le point de « basculer » ? Il pourrait s’avérer que les liens, logistiques voire idéologiques avec « l’Etat islamique » sont ténus, voire inexistants. Voilà qui «  devrait interpeller sur l’ampleur de la dispersion djihadiste, son extrême mobilité, et l’urgence d’une adaptation du combat, sur le terrain des idées notamment », écrit dans Le Monde Myriam Benraad, une spécialiste irlandaise.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct