L’homme qui rêvait de devenir bourgmestre

Une photo d’il y a sept ans. Ses gestes ont toujours été directs, son regard intense. Jean Vanderbecken voulait des solutions. © René Breny.
Une photo d’il y a sept ans. Ses gestes ont toujours été directs, son regard intense. Jean Vanderbecken voulait des solutions. © René Breny.

C’était un homme qui ne s’embarrassait pas des formules. La dernière fois que nous l’avions rencontré, c’était pour le lancement des nouveaux logements publics à l’arrière du quartier Marchal. Il nous avait pris à l’écart pour nous lâcher : « Je t’ai dit que j’avais une leucémie ? Mais je me soigne. J’ai bon espoir. » Pas le temps de digérer l’info qu’il s’émerveillait déjà du projet.

Jean Vanderbecken et Rixensart, c’était la même histoire. À tel point qu’à peine élu, on avait compris que son rêve, c’était de devenir maïeur. Il est vrai que le virus lui a été transmis en 1988 par Paul Hanin, son modèle.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct