Theresa May n’est pas la première à «pécher» par arrogance

AFP PHOTO / Justin TALLIS
AFP PHOTO / Justin TALLIS

Lorsque, devant les caméras de télévision, Theresa May commente la bouche en cœur le communiqué de presse qui est parti plus tôt dans la matinée, et qui annonce à la surprise générale des élections législatives anticipées, il y a dans son regard la petite flamme de l’assurance. Il y a la certitude du bien-fondé d’une décision qui tombe sous le sens.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Monde