Élan d’amour pour la «der» de Bolt

En pleine communion avec tout le stade de Kingston.
En pleine communion avec tout le stade de Kingston. - AFP

La dernière sortie jamaïquaine d’Usain Bolt s’est plus assimilée à une fête de famille et à une grand-messe – d’ailleurs bénie par un prêtre en ouverture – qu’à un meeting d’athlétisme, samedi soir. On ne célébrait, il est vrai pas n’importe quel adieu et il fallait que l’événement soit à la hauteur du personnage.

« Un grand homme, un grand athlète et un grand Jamaïquain », a décrété Andrew Holness, le Premier ministre local, répondant en écho au chef de l’opposition, qui avait été le premier à l’abreuver de superlatifs jusqu’à le qualifier de « plus grand Jamaïquain de tous les temps ». De son côté, Sebastian Coe, le président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) qui n’aurait voulu rater ce moment pour rien au monde, a précisé que « nos mots ne sont qu’une modeste contribution aux hommages et éloges que ce grand homme reçoit ce soir, mais nos remerciements à son égard sont gigantesques ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct