Djihadiste cherche petit boulot pour reconversion future

Daesh tire l’essentiel de ses revenus de la contrebande. Mais en perdant son emprise sur certains territoires, elle a vu ses finances s’assécher. Reuters.
Daesh tire l’essentiel de ses revenus de la contrebande. Mais en perdant son emprise sur certains territoires, elle a vu ses finances s’assécher. Reuters. - Reuters.

Il ne suffit pas de s’autoproclamer État pour garantir la prospérité d’une nation et de ses administrés. Ce qui fut jusqu’en juin 2014 l’État islamique en Irak et au Levant l’apprend aujourd’hui à ses dépens. Selon le dernier rapport du Conseil de sécurité de l’ONU sur la menace que représente l’État islamique pour la paix et la sécurité internationales, l’organisation terroriste serait en effet touchée par une crise budgétaire sans précédent qui l’obligerait à revoir son mode de fonctionnement et de financement.

D’importants problèmes de trésorerie qui s’expliquent à la fois par la perte de son emprise dans la plupart des régions conquises de Syrie et d’Irak, par un amenuisement du contingent de combattants djihadistes et une importante diminution des rentrées financières.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct