Les politiques sous-estiment-ils la gravité de la pollution?

© Photo News.
© Photo News.

Les mesures de concentrations de dioxyde d’azote (NO2) réalisées par l’ONG ClientEarth le long de certains axes bruxellois très fréquentés (Le Soir du 13/06) ont mis en évidence des concentrations importante de ce polluant nuisible pour la fonction respiratoire. L’organisation a tapé sur le clou : selon elle, la Région bruxelloise ne mesure pas correctement la pollution de l’air en n’installant pas ses stations aux endroits adéquats. Par ailleurs, les actions de fond sont insuffisantes.

La ministre bruxelloise de l’Environnement Céline Fremault (CDH) n’ayant pu répondre à nos questions, son cabinet nous a fait part de la réaction officielle. « Nous ne disposons d’aucune information sur la méthodologie des prélèvements, sur les lieux où ils ont été réalisés et sur leur durée, commente-t-on. Il est donc difficile de se prononcer sur les résultats ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct