Un pilote lambda paie... 250.000€ pour rouler aux 24 Heures du Mans

Les amateurs de vitesse doivent ouvrir leur portefeuille et passer toute une série de tests avant de profiter du circuit.
Les amateurs de vitesse doivent ouvrir leur portefeuille et passer toute une série de tests avant de profiter du circuit. - Photo News

Le sport automobile n’a jamais été pratiqué par des gens qui disposent de faibles revenus. À l’exception de pilotes particulièrement doués et travailleurs (Stoffel Vandoorne et Thierry Neuville sont de ceux-là), les espoirs qui atteignent le sommet de la hiérarchie ont pu s’appuyer, généralement, sur des fonds importants débloqués par leurs familles ou leurs relations.

L’histoire de ce sport est émaillée de ces gentlemen drivers qui disputaient, tantôt les 24 Heures du Mans, tantôt un Grand Prix de Formule 1 ou un rallye célèbre sur un bolide vierge de tout sponsor.

Mais les aristos du casque en cuir ont cédé la place aux nantis de la mondialisation. Pour le plus grand bonheur de certaines équipes qui, selon la loi de l’offre et de la demande, pratiquent des tarifs hallucinants dans les courses les plus prestigieuses.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct