Pakistan: il faut libérer Asia Bibi

Edition numérique des abonnés

La charia – ou, plus exactement, l’insensée et obscurantiste instrumentalisation politico-idéologique qu’en font aujourd’hui les fondamentalistes coraniques – frappe encore, ces jours-ci, en ces pays islamistes où nul discours critique, concernant le prophète Mahomet, n’est toléré, sous peine de mort.

Cette théocratie d’un autre âge a notamment pour nom, aujourd’hui, le Pakistan, dont les autorités politiques et religieuses viennent de confirmer, ce 16 octobre 2014, la condamnation à la pendaison d’Asia Bibi, une chrétienne âgée de 43 ans et mère de cinq enfants. La cause de cet intolérable châtiment, cette rétrograde exécution ? Une tout aussi absurde et moyenâgeuse accusation de blasphème : avoir relativisé, en public, les actions de Mahomet en comparaison du sacrifice de Jésus ! Cela se passa, selon des témoignages dont la plupart se sont en outre révélés faux a posteriori, en juin 2009.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct