Fil info

Une usine pour abattre les nitrates

Une immense boîte à chaussures blanche percée de trous, entourée de végétation et à demi enterrée dans les coteaux ansois. Voilà l’allure extérieure de la nouvelle station de traitement des nitrates et des pesticides, bientôt inaugurée à la frontière entre Liège et Ans. D’un coût de 28 millions d’euros, elle doit réduire la quantité de ces polluants présents dans l’eau récoltée par la Cile au sein des 40 kilomètres de galeries qui courent sous la Hesbaye.

«  Dès qu’elle sera en service, elle produira une des meilleures eaux de distribution en Europe », déclare Jean-Paul Crespin, porte-parole de la Compagnie liégeoise des eaux.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct