Fil info

Cinq ans de «printemps» entre perplexité et amertume

Voilà un anniversaire qui laisse perplexe. Cinq ans. Cinq ans déjà que le geste fatal d'un jeune vendeur à la sauvette dans une grosse bourgade perdue de la Tunisie profonde allait, contre toute attente, marquer le lancement de ce qu'on a appelé « les printemps arabes ».

L'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, motivée par un cumul de misère, d'humiliation et de désespoir, allait voir la Tunisie se soulever, jusqu'au départ sans gloire de son dictateur, Ben Ali, le 14 janvier 2011. Cet événement allait créer une stimulante émulation à travers le monde arabe, où la contestation gagna dès février-mars de la même année l'Egypte, le Yémen, le Bahreïn, le Maroc, la Libye, la Syrie. Une spirale d'événements inattendus, incroyables même à l'aune des dictatures arabes, qui laisse pourtant donc perplexe car, à l'heure du bilan, l'amertume l'emporte.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct