Septembre : un mois en « P » ?

C’est en septembre, chante Gilbert Bécaud, que l’on peut vivre pour de vrai ». « Septembre, enchaîne Barbara, quel joli temps ! » Et tous deux articulent <sèp-tambre>, comme le recommandent les dictionnaires parisiens. Un chanteur belge aurait peut-être prononcé <sè-tambre>.

Septembre est de la famille du numéral sept, dont le – p – n’est jamais audible. La prononciation belge semble donc cohérente du point de vue de l’évolution historique. Par contre, notre septante, issu du même radical, présente un – p – toujours prononcé. La logique étymologique est ici prise en défaut. L’évolution du français n’obéit pas à des règles absolues : les locuteurs s’écartent parfois du prévisible, même s’ils savent qu’il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct