Fil info

Etre loyal: l’autre nom de la bêtise

Parmi les qualités qui définiraient l’individu idéal, homme ou femme, la loyauté occupe sans aucun doute une des premières places. Elle s’inscrit dans la réalité qui veut que l’humain soit un animal grégaire, qui éprouve d’énormes difficultés à vivre en solitaire. Socle de la vie sociale, elle semble la condition d’une interdépendance sereine, au moins au sein du groupe, et embrasse des notions aussi fortes et constituantes que celles de culpabilité ou de responsabilité. Ceux qui, à l’instar de Iago dans Othello, prôneraient ouvertement la déloyauté seraient aussitôt montrés du doigt et blâmés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct