Fil info

«Ce métier, c’est une maladie»

La quarantaine se termine pour son « Antoine », un verrat de 151 kilos dont la semence va être conservée dans de l’azote liquide pour préserver son patrimoine génétique. Entretien avec Liliane Doyen, 76 ans, la doyenne des éleveuses de Piétrain.

Fière de votre bête ?

J’ai de la chance de pouvoir sélectionner ce verrat, au stress négatif GA, c’est-à-dire qu’il possède un gène qui le rend résistant à la colibacillose et la maladie de l’œdème. Antoine va pouvoir représenter dignement la race de Piétrain.

On en trouve pourtant partout…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct