Bataille des Ardennes:«La Wehrmacht n’avait pas la moindre chance», selon Rick Atkinson

Ce fut le dernier choc de titans de la Seconde Guerre mondiale sur le front de l’Ouest. Une bataille décisive livrée dans des conditions climatiques dantesques, au cœur de la forêt ardennaise, qui avait déjà vu passer les panzers en mai 1940. Quatre ans plus tard, l’armée américaine bousculée, parvenue au point de rupture, sut colmater les brèches in extremis et contenir l’envahisseur. Scellant au passage le sort de l’Allemagne nazie, désormais acculée sur les deux fronts, exposée aux coups de boutoir du rouleau compresseur russe et de la formidable machine de guerre américaine.

Rick Atkinson, historien américain de 62 ans, livre sa vision de ce combat implacable, indécis, resté légendaire outre-Atlantique. A un détail près, selon lui: la Wehrmacht n’avait pas la moindre chance de s’imposer.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct