Variations : La bouteille à l’encre francophone (bis)

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les partis francophones ont décidé de prendre les devants : ils n’attendent pas que l’accord institutionnel du 11 octobre 2011 soit coulé en lois pour réfléchir à la manière dont les nouvelles compétences seront gérées. Un mois après les déclarations de Jean-Claude Marcourt, le président du CDH, Benoît Lutgen, a présenté au Soir son propre scénario pour la gestion future de ces compétences actuellement exercées par le pouvoir fédéral.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct