Les poèmes

de ferveur

et de sang de Corinne Hoex

Avec ses cheveux rouges, Corinne Hoex aurait été une sorcière au Moyen Age. Fausse carline et chardon aux ânes, centaurée chausse-trape et bractée épineuse ? Sans secret pour elle. Les chevaliers aux écus d’azur et aux heaumes étincelants seraient venus lui demander de bénir leur équipage de ses salamalecs profanes pour enfin conquérir le Graal. Malgré ses décoctions de pipistrelle et ses philtres de poivrette d’or, elle aurait péri dans les hautes flammes du bûcher en clamant son innocence…

Heureusement, nous ne sommes plus dans ces temps jadis. Et Corinne Hoex peut arborer sa chevelure avec félicité. Le Moyen Age, aujourd’hui, elle s’en inspire pour écrire des poèmes de ferveur et de sang, de nature et de rêve, de supplices et d’orgueil, de violence et de beauté. Et pour relier les mots choisis qu’elle utilise à notre époque à nous, dont la barbarie, différente, n’est pas nécessairement moindre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct