Les migrants sommés de montrer leur GSM

Les éléments recueillis à l’occasion de ces fouilles viendraient ainsi vraisemblablement étayer ce dossier. Vraisemblablement : le CGRA hier n’était pas au courant du projet.

La mesure risque en tout cas de lever des interrogations quant au respect de la vie privée, et donc à sa légalité. « Le fait qu’une législation expresse prévoit la mesure n’est pas suffisant pour en assurer la légalité, explique Raphael Gellert, chercheur à la VUB, spécialiste des questions de vie privée et protection des données personnelles. Vu le caractère extrêmement intrusif de la mesure, il faut être certain qu’elle est proportionnelle au but poursuivi, et qu’il n’existe pas d’autre mesure moins intrusive aboutissant à un résultat similaire. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct