Un an après les attentats: pourquoi faut-il se souvenir?

Un an jour pour jour, les Belges perdaient leur innocence. Mardi 22 mars, à 7h58, deux bombes explosaient à l’aéroport de Zaventem, suivi d’une troisième déflagration presque une heure plus tard à la station de métro Maelbeek à Bruxelles. Un an après l’horreur, la capitale et la Belgique se rassemblent pour commémorer, pour se souvenir. Mais en quoi est-ce si important de le faire ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct