2. Les rebelles

en piteuse situation

2. Les rebelles

en piteuse situation

Les civils qui manifestaient pacifiquement en 2011 pour plus de liberté avaient été confrontés aux balles de guerre du régime. En quelques mois, la contestation a alors basculé dans un conflit interne armé. La rébellion n’a jamais réussi à présenter un front uni, ni politiquement ni sur le terrain militaire. Dès 2012, les intérêts d’acteurs étrangers ont commencé à peser dans les rangs des myriades de brigades armées, certaines se faisant également infiltrer par des djihadistes libérés des geôles d’un régime soucieux de radicaliser une opposition qu’il pourrait ensuite présenter comme « terroriste ». Le conflit a aussi eu un effet d’aimantation pour les djihadistes sunnites du monde entier.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct