3. Les djihadistes en perte

de vitesse

3. Les djihadistes en perte

de vitesse

Les djihadistes proches d’Al-Qaïda existent encore dans le nord du côté d’Idlib où leur joug est peu apprécié par la population et ils sont de toute façon en perte de vitesse. Quant aux militants de « l’État islamique » (ou Daesh), ils sont en déroute : le « califat » autoproclamé en juin 2014 a perdu plus de 95 % de ses territoires dont les villes conquises, comme Raqqa, son QG dans l’est, tombé cet été aux mains des forces dominées par les Kurdes.

Ils contrôlent encore quelques villages dans l’est et dans le centre, deux quartiers périphériques de Damas et quelques kilomètres carrés proches du Golan occupé par Israël. Ils resteront sans doute longtemps une menace résiduelle dans le pays et leurs « franchisés » dans le monde arabo-musulman, pour ne rien dire des « infiltrés » en Occident représenteront pour longtemps encore des menaces terroristes majeures.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct