Greta Thunberg, trop jeune pour être docteur honoris causa ?

En choisissant de décerner, le 10 octobre prochain, les insignes de docteur honoris causa à trois personnalités actives dans la lutte contre le réchauffement climatique – l’économiste britannique Nicholas Stern, le reporter et ancien ministre français Nicolas Hulot et la militante suédoise Greta Thunberg – l’Université de Mons (UMons) ne se doutait pas des remous que sa décision allait provoquer.

Depuis que la décision du conseil académique a été rendue publique, le recteur Philippe Dubois (scientifique de formation, spécialiste de la « chimie verte ») fait l’objet d’une campagne de protestation orchestrée par trois professeurs d’université, qui ont fait publier une tribune libre dans le quotidien L’Echo. Il s’agit d’André Berger, de Samuel Furfari et d’Ernest Mund, respectivement professeur émérite de climatologie à l’UCLouvain, professeur de géopolitique de l’énergie à l’ULB et professeur émérite de sciences nucléaires appliquées à l’ULB et l’UCLouvain.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct