L’affaire Kir déchire

le PS bruxellois

La commission de vigilance du PS bruxellois poursuit l’instruction du dossier Emir Kir. Il lui est demandé d’expliquer sa rencontre, en décembre dernier, avec une délégation de maires turcs, parmi lesquels deux représentants du parti d’extrême droite MHP. Une discussion élargie aux autres éventuels contacts du bourgmestre tennoodois avec des élus de l’extrême droite, notamment son homologue d’Emirdag à qui, selon ResistanceS, il a non seulement rendu visite en 2018, mais aussi en 2015, 2016 et 2017.

Emir Kir, qui s’était borné, jusqu’ici, à s’exprimer brièvement dans La Dernière Heure mais refuse tout autre contact avec la presse « avant la fin de la procédure interne », s’est fendu, dimanche dans la soirée, d’une série de tweets, « conscient d’une campagne calomnieuse et haineuse et de ses objectifs à (son) égard ».

Il y indiquait notamment, photo de sozcu.com à l’appui, que le maire d’Emirdag, Ugur Serdar Kargin, « a démissionné du MHP en 2015 bien avant les rencontres et visites », ajoutant « qu’il est connu pour ses positions peu favorables au gouvernement turc ».

« Incontestable »

Renseignements pris auprès de plusieurs connaisseurs de la communauté turque, il est « incontestable » qu’Ugur Serdar Kargin est, à l’heure actuelle, membre du MHP, sous les couleurs duquel il a participé au scrutin municipal de 2019 (ainsi, Twitter faisant foi, qu’à une marche des Foyers idéalistes… plus connus comme les Loups gris, en mars 2019).

Selon les informations collectées à plusieurs sources, l’ex-maire d’Emirdag aurait claqué la porte de son parti en avril 2015 suite à des divergences quant à la composition de la liste électorale pour les législatives dans sa circonscription. « Le maire d’Emirdag n’a cependant pas rompu ses liens avec le MHP et ses satellites, ni sur le plan idéologique ni dans ses rapports humains, comme on peut le constater tant dans la presse que sur Facebook », souligne un expert.

Une série de publications sur les réseaux sociaux montrent surtout qu’Ugur Serdar Kargin était, au plus tard en mai 2018, de nouveau membre officiel du MHP, soit avant la dernière visite d’Emir Kir, à l’été 2018…

Ambiance délétère

L’affaire déchire profondément la Fédération bruxelloise du PS. Tous les clivages sont réactivés : les deux camps de l’élection interne (Ahmed Laaouej contre Rachid Madrane), les pro et anti-Laurette Onkelinx, les laïcs et les tenants d’une position plus « souple » quant à une série de dossiers. La plupart des voix ne s’expriment qu’en coulisses, au nom d’un « ne perturbons pas les travaux de la commission de vigilance ».

Seule exception, de taille : Rachid Madrane, président du parlement bruxellois, qui a exprimé, au micro de BX1 « sa solidarité avec Emir Kir ». Soulignant que le bourgmestre de Saint-Josse avait fait une faute, il a déplacé la question sur l’« enjeu de la diversité, qui n’est facile à gérer pour aucun parti. Il faut organiser un grand débat en interne, de manière sereine et apaisée ». Une position qui fait hurler dans le camp d’en face, où l’on insiste : « C’est une question de respect du cordon sanitaire, valeur socialiste, pas de diversité. »

Pendant ce temps, la commission de vigilance rédige son rapport. Une décision devrait intervenir d’ici la fin du mois de janvier.

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct