« Et l’après ? Le monde d’avant, mais en pire »

Il y avait un avant-Covid-19 et il n’était déjà pas très brillant. Urgence climatique, fièvres populistes, terrorisme, croissance des inégalités, chaos migratoire : on était loin, très loin de cette « fin de l’histoire » dont nous avait parlé Francis Fukuyama au moment de la chute du Mur de Berlin, loin de cette « mondialisation heureuse » qu’avait imaginée Alain Minc.

Depuis la propagation de la pandémie, tout s’est encore exacerbé. Partout des lampes rouges s’allument : « Le nombre de personnes au bord de la famine pourrait doubler cette année », avertit le Programme alimentaire mondial ; « des dizaines de millions d’emplois pourraient être perdus », prévient l’Organisation internationale du travail.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct