Quand la culture

se fige pour dénoncer l’inaction

du politique

A Anvers, Bruxelles, Charleroi, Gand, La Louvière, Liège ou encore Mons, des travailleurs du secteur culturel se sont donné rendez-vous jeudi pour investir l’espace public et former des statues vivantes de leurs professions. Artistes ou techniciens, chacun était venu avec son outil de travail – instrument de musique, caméra, projecteur, pinceau, micro, texte, chaussures de danse – pour réaliser ce happening national. Pendant 15 minutes, avec un arrêt sur image, chacun s’est figé dans un acte représentant symboliquement son métier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct