Génération décolonisation

Rassemblées devant le palais de justice de Bruxelles, entre 10.000 et 15.000 personnes bravent le confinement pour manifester leur indignation. Le 7 juin dernier, l’irruption du mouvement Black Lives Matter en Belgique surprend, surtout par son ampleur inédite ici. Pourtant, si le meurtre de George Floyd est l’étincelle qui a mis le feu aux poudres, le mouvement, lui, était prêt.

« La manifestation n’est pas le début d’un mouvement, mais bien son point culminant », résume Aïda Yancy, militante queer (mouvement qui revendique la non-binarité de genre, et défend les luttes LGBTQI+), antiraciste et afroféministe. « Derrière ça, il y a des militants qui bossent dans l’ombre depuis des générations. » Cette génération-ci, en l’occurrence, monte depuis une dizaine d’années. Résolument connectée, hautement éduquée et intersectionnelle, elle a fait de la décolonisation de l’espace public, de la mémoire et surtout des mentalités l’étape indispensable de la lutte contre le racisme de la société belge.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct