Fil info

« Inimaginable

il y a trois ou quatre ans »

Jean-Michel De Waele est professeur en science politique à l'Université libre de Bruxelles.

A-t-on assisté à un tournant dans la lutte antiracisme dans le foot ?

Clairement, oui. Cela fait des années que je défends l’idée que la seule façon de réagir, c’est que les joueurs s’emparent eux-mêmes du problème et sortent du terrain. Ce tournant a été spectaculaire pour diverses raisons : parce que le problème est venu d’un arbitre, parce que le club turc s’est retiré mais aussi parce que le PSG a suivi le mouvement. Cela vient à un moment clé, après tout ce qu’il s’est passé aux Etats-Unis avec Georges Floyd, puis avec l’investissement des joueurs de NBA et, de manière plus générale, des sportifs américains. Avec le temps, la prise de conscience a évolué : de tels actes semblaient inimaginables il y a trois ou quatre ans à peine.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct