Fil info

En Ethiopie, le syndrome d’une Yougoslavie africaine

Décodage

La guerre ressemble souvent à une poupée gigogne : lorsque l’armée éthiopienne intervient dans la province du Tigré, le 4 novembre, il ne s’agissait, en principe, que d’une opération destinée à « rétablir la loi et l’ordre » : restaurer l’autorité d’Addis Abeba sur une province où le pouvoir régional, le Front populaire pour la libération du Tigré, avait unilatéralement organisé des élections jugées illégales. Invoquant le covid, les autorités nationales avaient décidé d’ajourner le scrutin initialement prévu au niveau national, mais le Tigré passa outre. Le FPLT avait aussi attaqué le « Northern Command » basé dans la province, c’est-à-dire des unités d’élite de l’armée éthiopienne, mettant la main sur des équipements lourds.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct