Fil info

L’écoplongée, une descente intelligente

Sacs plastiques, bouteilles, pneus, canettes, appareils électroménagers, chaussures… La liste des déchets trouvés au fond de la mer, d’un lac ou d’une carrière inondée est longue. Les sites de plongée sous-marine ne cessent de se dégrader. Les plongeurs en sont les premiers témoins. « Les gens se servent parfois des plans d’eau comme d’une décharge », indique Pierre Bouxin, moniteur à l’Adip.

Et si le milieu montrait l’exemple ? Cette Association des instructeurs de plongée, dont le siège se situe en région liégeoise, y croit. Elle a lancé, au début de la saison estivale, sa charte de l’écoplongeur. Cette instance regroupe environ dix mille membres, la grande majorité en Belgique. « Ces dernières années, nous sommes soumis à des phénomènes comme la disparition rapide des espèces, les pollutions multiples, le surpeuplement de l’espace côtier, le réchauffement de nos océans… », observe le président, Jacky Marino.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct