Fil info

La drogue financerait aussi le Hezbollah

CHRISTINE RENAUDAT

BOGOTÁ

Les autorités équatoriennes l'affirment : le Hezbollah étendrait ses tentacules jusqu'en Amérique latine, se finançant notamment grâce au trafic de cocaïne local. Ce sont les conclusions auxquelles la police est arrivée après l'arrestation la semaine dernière à Quito, la capitale, de sept narcotrafiquants dont deux Libanais et un Syrien, soupçonnés d'envoyer depuis l'Équateur de la drogue colombienne vers les États-Unis, l'Europe et le Moyen-Orient pour reverser ensuite 70 % de leurs gains à l'organisation. Le supposé dirigeant du réseau démantelé, le Libanais Rady Zaiter, alias David Assi Alvarez, dont la France réclame depuis quatre ans l'extradition pour trafic de drogue, a également été capturé à Bogota, et 19 autres personnes ont été arrêtées au Brésil, alors que l'enquête se poursuivait au Venezuela, aux États-Unis, en Turquie, en Syrie et en Israël.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct