Fil info

Mains coupées au Congo

Mains coupées au Congo JEAN-CLAUDE BROCHÉ, médiateur du «Soir»

L'hospitalité de nos pages «Monde» me permet d'évoquer vos nombreux commentaires sur notre relation de la conférence de Durban et plus particulièrement sur la légende d'une photo publiée dans nos éditions des 8-9 septembre. Ce cliché de 1905 montrait deux Congolais exhibant des moignons et la légende attribuait au colonisateur belge ce qui fut appelé le «scandale des mains coupées» ou «le scandale du caoutchouc rouge».

Ma consoeur Colette Braeckman m'explique que la presse britannique et américaine menait alors campagne contre l'Etat indépendant du Congo, propriété de Léopold II, campagne qui se solda d'ailleurs par la cession de l'EIC à la Belgique. Elle relève que cette campagne fait encore des vagues aujourd'hui: la photo litigieuse fut republiée par l'écrivain américain Adam Hotschkild dans «Les fantômes du roi Léopold» et largement distribuée dans les couloirs de la conférence de Durban.

Quand manque le temps

de bien peser chaque mot

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct