Traite des êtres humains Un dossier judiciaire devenu politique Trafics de visas sans trafiquant Les menaces de Michel

Traite des êtres humains Un dossier judiciaire devenu politique Trafics de visas sans trafiquant

Deux affaires de trafics de visas et de cartes de séjour secouent les Affaires étrangères. Louis Michel refuse cependant l'idée d'une commission d'enquête parlementaire.

MARTINE VANDEMEULEBROUCKE

Le vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères Louis Michel a été entendu lundi après-midi par la sous-commission «Traite des êtres humains». Officiellement, l'entretien - qui s'est déroulé à huis clos - portait sur la «politique des visas». En réalité, les sénateurs avaient pas mal de questions à poser sur une énorme affaire de fraude aux visas qui implique directement l'ambassade de Belgique à Sofia entre 95 et 97 (l'affaire Rouvroy), mais aussi le service du Protocole des Affaires étrangères à Bruxelles sur un autre dossier de trafic de cartes de séjour (l'affaire Lebbe).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct